01/04/2007

Blaye

Petit tour dans le Sud-Ouest natal...

Lorsque nous sommes descendus sur Bordeaux pour les vacances de février, un petit tour s'est imposé à la citadelle de Blaye! Redécouverte d'un site particulièrement beau!

blaye

 

La citadelle de Blaye date de 1689 et fut édifiée par Vauban. Elle était un des trois forts qui protégeaient Bordeaux. 

Il semblerait que celle ci soit encore habitée en partie.

Aux beaux jours, quelle que soit la saison, nous trouvons toujours du monde, l'été des artisans investissent les rues, les mariés s'y font photographier... c'est très agréable.

La citadelle est assez retreinte par rapport à Saint-Emilion, mais elle a tout de même un charme inconstestable.

blaye 2

 

  

17:47 Écrit par dou dans région bordelaise | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

04/09/2006

cabanes de pecheurs, bordeaux (9000visites)

Continuons donc notre petit périple dans le sud-ouest de la France.

Si Bilbao n'est pas si loin que ça de Bordeaux (3h à peine lorsque tout roule bien!), il y a bien des choses à voir à Bordeaux directement, même si on connait déjà cette ville par coeur! En fait, il s'agit de découvrir et redécouvrir des coins, des espaces, des vues... que l'on a oublié quand on est à Paris. Ces petits coins calmes, reposants, où on oublie tout...

Voici donc les cabanes de pêcheurs bordelaises.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

On peut comparer avec celles du bassin d'arcachon.

En effet, il y a différents types de cabanes dans la région du sud-ouest.

Je vous ai déjà montré les cabanes Tchanqués, perchées sur leurs échasses:

 

Ainsi que les villages de pecheurs:

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Mais il y a aussi ces cabanes, haut perchées, le long des berges bordelaises. Il faut parfois oser s'engouffrer dans un chemin pour les trouver, ou tout simplement au détour d'une promenade.

 

 

 

 

 

 

 

Ce sont des carrelets. Le carrelet est une cabane de pêcheur, montée sur pilotis, et qui a, par conséquent les pieds dans l'eau... contrairement aux cabanes tchanqués vues ci dessus, elles sont reliées à la berge par un ponton, c'est pourquoi elles sont toujours adossées. De plus, ces cabanes ont de grands filets carrés, suspendu à un mat, qui monte et descend avec un treuil.C'est ainsi que les pecheurs bordelais (entre autres), pechent l'alose, l'anguille et bien d'autre poissons. 

On peut trouver aussi un sujet très intéressant avec les cabanes traitées dans le monde sur le lien suivant, Les cabanes, cabanons, yourtes et robinsons.

 

21:56 Écrit par dou dans région bordelaise | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : cabanes |  Facebook |

15/06/2006

cabanes tchanquées, bassin d'Arcachon.

 

En attendant de vous retrouver, je vais vous laisser un peu sur cette image, pour quelques jours...

Je ne serais pas bien loin de ces magnifiques cabanes tchanquées, cabanes mythiques du bassin d'Arcachon, reproduites, dessinées, photographiées...

Ces cabanes montées sur pilotis, au beau milieu de l'eau...loin des touristes (enfin presque!!) Paraissant parfois flotter totalement à marée haute, ou perchées sur leurs "échasses" à marée basse, elles restent deux grandes dames, datant du milieu du XXème siècle, construites non loin de la toute première datant de 1883 mais renversée par une tempête, dont il reste quelques traces...

Cette image a été empruntée au site de Stéphane Scotto dont les photos sont superbes et mettent particulièrement bien en oeuvre l'ambiance magique du bassin, si envahi en été par les touristes... 

06/06/2006

Saint-Emilion

Petit tour sous le soleil Bordelais, région qui regorge de belles choses. Non pas parce que c’est ma région d’origine, mais parce que c’est vrai et reconnu. Aujourd’hui, nous faisons un tour par Saint-Emilion, surtout connu pour son vin, ses vignes, …

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

...mais aussi pour son architecture. On y prend toujours autant de plaisir à chaque fois que l’on y retourne.

Juchée sur les coteaux nord de la vallée de la Dordogne, cette petite ville médiévale inscrite au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO depuis 1999 mérite cette reconnaissance. C’est la première fois que l’UNESCO inscrit un paysage viticole à son patrimoine. Lorsque vous déambulez dans ce village typique du bordelais, vous pouvez croiser des personnes de tous pays, y compris en plein hiver !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au VIIIème siècle, un moine, Emilion, quitta sa contrée bretonne et sa famille pour se rendre dans un couvent bénédictin en Saintonge. Fort respecté, il se retira quelques années plus tard dans la forêt des Combes, qui recouvrait l’actuel site de Saint-Emilion, et y aménagea un ermitage afin de consacrer son temps à la quête de Dieu. Il laissa cet héritage lors de sa mort en 767. C’est ainsi que commença l’histoire de Saint-Emilion, site aujourd’hui mondialement connu et qui eu de multiples évolutions et péripéties. (Pour plus de renseignements, voir saint-emilion.org) 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Certes il y a les vignes qui font la renommée de ce site exceptionnel, mais c’est sans compter son histoire, ses pierres, ses masures, la chaleur qui s’y transmet, le soleil qui y respire, l’église monolithe unique au monde constituée de plus de 70 hectares de galeries souterraines creusées dans la roche calcaire, ses vestiges de l’époque romane, ses 7 portes, traces de l’enceinte fortifiée… bref, cette région est un réel plaisir à découvrir ou redécouvrir, sans s’en lasser…

 

20:01 Écrit par dou dans région bordelaise | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

12/04/2006

tuiles du bassin

Ceci n'est pas tout à fait de l'architecture mais pourtant nous n'en sommes pas bien loin!
 

 

Lors de nos promenades autour du bassin d’Arcachon, en Gironde, nous trouvons des tuiles blanches à profusion. Nous pouvons alors nous demander en quoi elles peuvent bien servir !

Tout commence par un homme, Mr Michelet (1835-1904), maçon de métier, et la présence d’une industrie, grâce à laquelle il inventa le mode de captage des naissains (larves d’huîtres). Le gisement d’une argile de grande qualité est à l’origine de la présence de plusieurs manufactures, où l’on fabriquait, au 20ème siècle, des pots de résiniers, des briques et des tuiles pour le bâtiment. Mais ces tuiles servaient aussi aux ostréiculteurs, qui continuent encore actuellement à les utiliser. Aujourd’hui, les gisements sont taris, et ces tuiles proviennent de fabricants extérieurs au Bassin.

Les tuiles que nous voyons sont d’un blanc immaculé, recouvertes d’une texture permettant de fixer les futures huîtres que nous avons plaisir à déguster (lorsque l’on aime).

La bonne formule fut donc découverte par Mr Michelet en novembre 1865. Celle-ci consistait en un mélange de chaux et de sable, avec de bonnes proportions, permettant un mélange à la fois ferme pour maintenir les naissains, et friables pour les détroquer sans casser les coquilles.

Aujourd’hui, les tuiles sont parfois remplacées par des tuiles en plastique ou par des matériaux composites, mais les anciennes, toujours présentes, laissent un paysage magnifique sur nos côtes !

 

Ce texte est largement inspiré du Dictionnaire du Bassin d'Arcachon, aux éditions Sud-Ouest, Luçon,France, 2002. 

 

 

13/03/2006

Bassin d'Arcachon, village de pêcheurs

Village de pêcheurs sur le bassin d'arcachon

Sur la "cote nord" du bassin d'Arcachon, nous pouvons ainsi trouver 8 villages de pêcheurs classés en sites inscrits au patrimoine, depuis juin 1981, pour sauvegarder leur caractère traditionnel.Ces hameaux, au milieu du XIXème siècle, n'étaient formés que de modestes cabanes de planches habitées par les premiers ostréiculteurs et pêcheurs. On peut se promener au sein de ces villages, de ces rues en terre, qui ont conservé leur aspect typique et traditionnel.  

Aujourd'hui, ces villages sont menacés par l'attrait touristique et la pression spéculative, tandis que d'autres sont menacés par la perte d'activité.