24/09/2006

les bouquinistes

 

Qui n'a pas vu ces petits barraquements en bord de Seine, lors de promenades parisiennes? Qui n'a pas preté attention à ces livres anciens, à ces affiches, à ces vieux magasines proposés là, en bord de route, en bord de Seine?

A force  de passer devant régulièrement, je me suis demandé pourquoi, qui, comment, depuis quand? Quelle est donc l'histoire de ces illustres inconnus qui, par tout temps, par toute époque, proposent leur vente?

On peut ainsi remonter très loin dans l'histoire, à l'époque où les moines recopiaient des ouvrages, silencieusement, patiemment, c'était au Moyen Age.

A partir du XIIIe siècle, en raison de la fondation de grandes écoles, notamment à Paris, le besoin de livres se faisaient ressentir par les étudiants. Le nombre de "copistes" se fit alors plus important, et c'est ainsi que des prêtres plus modestes exercèrent aussi cet art. C'est alors qu'apparu la profession de libraire. Il y avait alors 2 types de libraires.

Le premier, le "libraire" recevait en dépôt des manuscrits qu'il revendait au public. Il était donc le dépositaire de l'auteur, qui était propriétaire du livre, et le libraire était uniquement l'intermédiaire avec l'acheteur.

Le second, le "stationnaire", d'un mot latin qui signifie étalage, commandaient eux même aux copistes les ouvrages qu'il voulaient en plusieurs exemplaires, ancêtres de nos éditeurs contemporains.

Ces deux catégories appartenaient à l'institution de l'Université, c'est à dire qu'ils devaient prêter serment très régulièrement auprès du recteur. 

Ces libraires étant rattachés à l'Université, ils devaient par conséquent résider dans le quartier. Ils étaient ainsi groupés auprès de la rue Saint-André-des-Arts, ou la rue Saint-Jacques. Ceux qui vendaient des livres religieux étaient autorisés à s'installer autour de Notre-Dame.

Parallèlement, le bouquinistes firent leur apparition. Ceux ci étaient de pauvres libraires qui, n'ayant pas les moyens de se procurer des livres neufs, ni de tenir boutique, étalaient des vieux livres sur le Pont-Neuf, le long des quais et quelques autres endroits. Ceux ci furent jalousés par les puissants libraires, qui les chassèrent de leur place, les considérant comme des concurrents, mais dans lesquelles ils revinrent rapidement.

 

 

Aujourd'hui encore, les bouquinistes sont présents, cotoyant les libraires. Les emplacements sont rares. C'est un véritable métier. Les plus anciens ont été nommés en 1945..., et ils y restent jusqu'au bout! C'est une véritable vocation. Il faut être à l'affut du moindre chineur, du moindre client. Il faut résister par tous les temps. Il faut savoir trouver ces livres à proposer, visiter les familles, ...

Mais Paris ne serait plus Paris si ces bouquinistes n'animaient plus les bords de Seine!

Une liste d'attente est assez importante pour espérer avoir son étale. Mais ce qui les anime de manière générale, c'est la passion du livre!

12:22 Écrit par dou dans paris | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

comme ... ... un arrêt dans le temps ... :o)

Écrit par : goldo | 25/09/2006

Merci beaucoup d'avoir ajouté un lien vers mon blog ! Je ferai de même sur le mien.

A bientôt

Écrit par : Nounouchette | 29/09/2006

Les commentaires sont fermés.