27/04/2006

E.Albert, premier gratte ciel parisien.

 

Le premier Gratte-Ciel parisien, Paris, 13ème arrondissement.

Edouard Albert (1910-1968), R.Boileau, J.Labourdette, ingénieur Sarf, 1958-1960.

 

Si je vous présente cet immeuble c’est qu’il est en quelque sorte une curiosité : il est le premier « gratte-ciel » de Paris. Il contient 23 étages de logements sur 67m de hauteur. L’esthétique y est beaucoup moins importante que la structure, très travaillée.

Le 08-03-2006, je postais un petit article sur J.Prouvé, à propos des maisons de Meudon. Celui-ci fut un des pionniers de l’architecture préfabriquée, métallique et apporta énormément à la construction et à son système constructif. E.Albert fut un de ceux qui travaillèrent dans le même sens, peut être moins connu.

La structure de ce bâtiment est en tubes métalliques sur lesquels reposent des planchers béton.

 

Damien Sausset

 

« Moins connu que Jean Prouvé, Edouard Albert est pourtant l'un des plus importants architectes français de ce siècle. Dans la société industrielle de l'après-guerre, tant préoccupée par la reconstruction, il fut l'un des premiers à participer pleinement à l'expérimentation constructive tout en dénonçant l'architecture de la bureaucratie alors fort à la mode. En raison d'une disparition prématurée, Albert fut longtemps sous-estimé, son œuvre peu étudiée bien que le monde de l'architecture française lui soit redevable de nombreuses innovations importantes. L'ouvrage que viennent de lui consacrer les éditions Beaubourg comble ce déficit. Les textes intelligents commentent avec subtilité quelques-unes de ces réalisations : L'épargne de France (Paris 17e), sa fameuse tour d'habitation dans le 13e, l'ensemble de la faculté des sciences de Jussieu. »

 

L’aventure du premier gratte-ciel parisien
Rémi Rouyer

« La tour d’habitation de la rue Croulebarbe à Paris témoigne de l’engagement original de son concepteur Édouard Albert dans les débats de la fin des années 1950. L’architecte tente d’intégrer l’immeuble de grande hauteur au paysage parisien et de mettre l’intelligence constructive au service d’un plan flexible qui bouscule la culture du logement collectif. Le bâtiment fait aujourd’hui l’objet d’une procédure de réhabilitation qui soulève la question de la compatibilité entre son statut de patrimoine et sa vocation affichée à évoluer dans le temps. »

 

EDOUARD ALBERT-CENTRE POMPIDOU

 

« Diplômé en 1937 de l'Ecole des beaux-arts de Paris, Edouard Albert fit du tube d'acier un matériau nouveau, constitutif de sa conception esthétique et technique de l'architecture. Il fut l'un des pionniers de cette aventure moderne, aux côtés de l'ingénieur Prouvé, un familier de l'atelier qu'il dirigea entre 1963 et 1968. Il introduisit dès l'après-guerre de nouveaux matériaux (plastiques de synthèse), puis s'orienta rapidement vers la construction métallique, travaillant non plus la masse mais le vide, et par-là même la pesanteur. Cet architecte n'a eu de cesse d'explorer et d'expérimenter le lien naturel entre technique, économie et esthétique, comme le montre cet ouvrage où sont analysés ses principaux projets et réalisations. »

21:37 Écrit par dou dans paris | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

bonjour monsieur l'architecte je suis aussi architecte , mais pour princesses au petit pois .dans le desert , ...chez moi c'est moins serieux que chez vous . j'ai apris plein de trucs . aller a bientot
bonne charette

Écrit par : zelda | 27/04/2006

Les commentaires sont fermés.