20/04/2006

Richard Serra

 

Richard Serra (San Francisco, 1939)

Sculpteur Américain.

 

Sur la photo,

A gauche, 5 :30 (5 heures 30), 1969, Assemblage de 4 plaques et un rouleau
Acier corten, 139 x 230 x 200 cm, chaque plaque : 124 x 124 x 5 cm, rouleau : L : 230 cm; diamètre : 15 cm, centre Pompidou.

A droite, Tearing Lead from 1:00 to 1:47 (Déchirer du plomb entre 1 heure et 1 h 47)
(1968), Installation, Feuille de plomb déchirée et posée au sol, Plomb, 300 x 270 cm
Les dimensions de l'installation au sol sont variables
Achat 1986 par le centre Pompidou, En dépôt depuis le 7 décembre 2005 : capcMusée d'art contemporain, Bordeaux

 

Voici un autre artiste qui travaille dans les espaces architecturaux et urbain, dont le travail est aussi particulièrement intéressant.

 

Il est un des rares artistes à être issu de la pure sculpture, et soumet des paysages ou des espaces urbains à l’influence de son travail. « Il transpose pour cela en qualités plastiques le poids, les masses, la pesanteur et leur développement vers l’orientation, le déroulement, l’horizon ».

En 1968 il projette du plomb liquide dans des angles de pièces et en étale les figements au sol dans l’ordre des jets. Ces jets avaient laissé des plaques dont Serra composera en 1969 son célèbre Château de cartes (4 plaques de 122x122cm, se tenant les unes les autres par un équilibre précaire).

Dès 1972, il intervient dans l’espace urbain. Shift, au nord de Toronto, en est un des premiers. Il investi un coteau avec six murs de même longueur. Ce travail est le principe vers lequel il va dorénavant se tourner : « l’expérience de la construction plastique par le spectateur est décisive » (R.Serra).

Il va ainsi élaborer tout un travail à partir de plaques en acier corten selon différents principes :

Selon différentes formes (courbes, droites, arquées, pliées,…), selon un principe relevant de la physique (avec des jeux d’équilibre, …) et reprenant les données liées à l’environnement (tracé des rues, diposition des immeubles, de l’horizon,…).

Tout ceci modifie la perception de l’espace, rendant plastique ce qui ne l’est pas.

 

« Ma décision, prise très tôt, de construire des œuvres en acier spécifiques au site m’a fait sortir de l’atelier traditionnel. L’atelier a été remplacé par l’urbanisme et l’industrie. Pour construire mon œuvre, je m’appuie sur le secteur industriel, les ingénieurs civils et de structure, les observateurs, les laborantins, les transporteurs, les grutiers, les ouvriers de la construction, etc… Les aciéries, les chantiers navals et les unités de fabrication sont devenus mes ateliers étendus à la route. » Richard Serra.

 

 

 

Shift, 1970-1972, béton six parties, hauteur épaisseur de chaque sections: 152x20cm, à King City (Ontario)

 

Château de Cartes (One Ton Prop), 1968- 1969, plomb, chaque plaque: 139.7cm²

 

 

quelques liens internet:

La scultura Mondiale, Serra Richard

21:29 Écrit par dou dans art | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : richard serra |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.