18/04/2006

George Rousse

 

George Rousse (1947, Paris)

 

Cet artiste intervient dans des espaces délaissés, abandonnés, entre deux temps, prêts à être détruits, qu’il recherche, afin d’y créer des effets visuels particulièrement intéressants.

Il recherche, intervient, possède, s’approprie, photographie, ce lieu et le laisse à nouveau, mais différent. La seule trace est souvent celle de ses clichés, preuves de ce passage.

Il donne ainsi à voir autre chose, un autre monde, une autre réalité. Certains conservent, d’autres restaurent, ou encore reconvertissent, lui intervient dans une réalité, un état délaissé, abandonné, pour en donner à voir encore une autre vision.  

Son principe est de créer des formes auparavant figuratives, puis géométriques dans un lieu, que l’on ne perçoit que depuis un seul point de l’espace. En se déplaçant dans la pièce, on ne perçoit absolument pas la même chose, mais une forme totalement informe, se déployant et s’étirant dans la perspective. Et pourtant, lorsque l’on se place au bon endroit, on perçoit le message qu’il veut transmettre.

Il laisse ainsi une trace, une marque.

 

Extrait de l’entretien d’une classe de CM1 avec l’artiste où il explique la manière dont il travaille :

Manon : Comment faites-vous, quand vous peignez un carré, pour savoir que ce sera droit après ?

Georges Rousse : Alors, ici, j’ai un appareil photo sur un pied, un appareil grand format. C’est un objectif, une espèce de soufflet et un verre dépoli. Sur le verre dépoli je dessine un carré et dans l’espace je reporte le même carré que je vois dans mon appareil photo. Donc, moi je me mets derrière l’appareil photo et je guide quelqu’un qui trace des points dans l’espace et quand ces points sont alignés exactement avec mon carré dans l’appareil photo, on trace le trait, puis un autre et encore un autre. Après, à mesure qu’on met la peinture, le carré devient de plus en plus défini et on peut encore l’améliorer en grattant un peu ou en repeignant un morceau s’il manque un morceau.

 

Quelques références internet:

Rencontre de l’artiste avec des élèves de CM1

Fondation pour l’Art Contemporain Claudine et J.Marc Salomon

Artnet

Maison de la Culture d’Amiens

Peter Miller Gallery LTD.

George Rousse

 

 

 

23:09 Écrit par dou dans art | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

Joli J'adore ce que tu faisn je trouve que le photo n°1 est particulièrement bien faites ^^
Toute ces couleurs dans un monument funeste.

Écrit par : Thanatos | 11/12/2007

le triste , l'oublié deviennent beaux et troublants;
Georges Rousse rend le simple merveilleux. Il nous fait réver quand un cauchemard guette.

Écrit par : jerome roncin | 24/06/2011

le triste , l'oublié deviennent beaux et troublants;
Georges Rousse rend le simple merveilleux. Il nous fait réver quand un cauchemard guette.

Écrit par : jerome roncin | 24/06/2011

Les commentaires sont fermés.